Select Page

A l’ère de l’interruption permanente où la perte de concentration se mesure au “ding” du dernier email reçu, beaucoup d’entre nous cherchent la formule magique pour pouvoir se concentrer et être créatif à la demande. La première mission de Trendemic étant de rendre l’entreprise plus créative, nous nous sommes penchés sur la question pour identifier les outils et méthodes facilitant concentration et créativité. 

Pour commencer notre quête de la potion magique de la créativité – si elle existe – commençons par une méthode qui pourrait faire sourire si elle n’était pas en train devenir une véritable tendance au vu des applications logicielles, web et mobiles qui lui sont consacré : La Neuroacoustique. 

 

Créativité et Neuroacoustique  

La Neuroacoustique étudie l’effet des sons sur notre cerveau. Elle est – très sérieusement – utilisée depuis une vingtaine d’années pour réduire le stress, guérir les dépressions, prévenir des maladies cardiovasculaires et depuis peu.. aider à se concentrer et développer sa créativité.

L’ouie est le premier sens développé par le foetus. Pour le Docteur Jeffrey Thompson, précurseur de ce domaine, les battements de coeur, le sang circulant dans les vaisseaux sanguins, la respiration et autres bruits “organiques” (pas de mauvaises blagues merci) sont profondément enfouis dans notre système nerveux. Ces sons “primordiaux” sont immédiatement reconnaissables par tout être humain quelques soit son genre, âge ou statut social. Ce sont des sons universels*. Ce qui explique les deux principes clés des travaux du Dr Thompson :

          1. Tout tissus vivant vibre à une fréquence spécifique.
          2. Le système nerveux peut synchroniser ses fonctions Neurophysiologiques avec des pulsations rythmiques provenant du monde extérieur.

*C’est aussi la raison pour laquelle ils sont massivement utilisés les musiques de méditation “New Age” qui sentent l’encens et le Hippie mal lavé à plusieurs kilomètres. 

 

Son et concentration

Physiologiquement, il paraîtrait que la plupart des gens ne peuvent pas se concentrer plus de 20 à 30 minutes de façon continue sans avoir besoin de faire une pause. C’est la raison pour laquelle les méthodes de concentration comme le Pomodoro, par exemple, se basent sur des cessions de 25 minutes. Bon, dans les faits, une étude de Isciforma montrait en 2010 que le temps de concentration sur le lieu de travail est en réalité plus proche de 12 minutes

Connaissant cette limitation du cerveau humain, nous avons identifié deux méthodes de concentration favorisant la créativité :

          1. Une méthode de mise en condition
          2. Une méthode de soutien de la créativité / concentration

 

La mise en condition avec Digipill

Digipill est une application iphone/ipad qui mixe battements binauraux, musique et voix pour “Débloquer son subconscient et changer sa perception”. Oui ça sonne très New Age. Décrit comme une “Drogue Digitale” par The Kernel, on peut dire que son effet est tout ou rien : Soit vous ressentez l’effet relaxant induit par les sons de vagues ou de vent et la voix rocailleuse et irlandaise de Brian Colbert, soit vous êtes immédiatement mis mal à l’aise. 

L’application téléchargée et installée, un morceau d’essai intitulé T-Break, qui vous promet de vous relaxer, vous est offert. Les 13 minutes écoulées, vous aurez ensuite la possibilité d’acheter d’autres morceaux ou “Pills” (pillules). De 0,79 € à 7,99 € vous avez intérêt à savoir ce que vous cherchez à atteindre: créativité, énergie, confiance en soi… Après une première écoute, il semble que ce soit en fait de l’hypnose dont l’objectif est de maintenir le cerveau à des fréquences spécifiques. Bon…

Cette application dit  se baser sur des recherches débutées en 1839 par le scientifique Prussien H.W. Dove et plus récemment par le Dr Raymer Ditson-Sommer qui depuis 1996 étudierait (au conditionnel) l’impact de la musique sur les performances sportives en aidant des sportifs à développer leur attention et à maîtriser leur adrénaline avant une épreuve. Bon, ça à l’air sérieux sauf que si vous faites une recherche sur ce médecin sur Google vous ne trouverez que des copier coller faisant références à…Digipill…Nous n’avons rien trouvé sur ses travaux. 

Toutes les “Pills” sont en anglais donc mieux vaut comprendre cette langue pour suivre les indications données : respirer, fermer les yeux etc. ne peuvent pas être suivi si l’on ne comprend pas… Remarquez, même si vous comprenez parfaitement ce qui est demandé, il est difficile de rester concentré sur les paroles et vous serez amené à laisser rapidement votre esprit divaguer et n’écouterez plus ce qui est dit. Hum, mieux vaut peut être réécouter avec attention pour savoir ce que l’on vous a mis dans la tête au cas où…

SafariScreenSnapz002 12.00.10

 Ce que nous en pensons.

Au delà de la véracité bancale des recherches scientifiques sur lesquelles se basent cette application, quelques minutes d’écoute peuvent être toujours utiles pour faire un sas de calme entre ses activités précédentes et son travail créatif.

 

Le soutien continue de l’attention avec Focus@will

Ce site – pour le moment uniquement accessible des US ( si vous vous y connaissez en réseau VPN vous pourrez bien sur y accéder de France) assiste votre créativité en adaptant un style de musique à vos cycles de créativité. Focus@will aide à se concentrer graduellement et à se maintenir dans sa zone de productivité maximum. La rubrique Questions/Réponses du site explique que Focus@will enchaîne les morceaux dans un ordre précis qui apaise le Système Limbique -siège de la peur, de l’agressivité et du plaisir – rappelons le en passant.  

Le systeme fonctionne par plages de 100 minutes qui sont divisées elles-mêmes en 5 phases. (Graphique ci-dessous). Vers la fin de chaque phase de 20 minutes, notre cerveau entre dans une phase “d’habituation” durant laquelle la musique commence à perdre son pouvoir d’aide à la concentration. Focus@will va alors changer le style de musique, son intensité, sa vitesse, sa valeur émotionnelle et son style  pour rattraper notre attention et l’emmener sur un nouveau cycle de 20 minutes. 

focus_chart_line

L’application est déjà accessible sur le web en HTML5 et très bientôt en App IOS/Android. Des projets d’intégration dans des navigateurs web et lecteurs ebook sont à l’étude…A suivre. 

En perdant les morceaux d’enchainement entre les phases de déconcentration, il est bien sur  possible de se passer de Focus@will en utilisant une Playlist “Ambient” sur Spotify comme “Chillout – Ambient – Lounge“. Encore plus simple si vous ne souhaitez pas être connecté : Ecoutez vos propre morceaux bien sur ! Ce qui marche le mieux pour nous : The Album Leaf (In a safe place), Jamin Winans (Ink), Ludovico Einaudi (Nightbook) et Clint Mansell (The Fountain). 

 Ce que nous en pensons.

Bien que certains morceaux ressemblent à la bande son d’une vidéo de massage tantrique (ne demandez pas comment nous le savons – de Marseille), nous sommes vraiment fans ! Nous sommes plusieurs à l’avoir testé et nous avons remarqué que la musique nous permettait de nous remettre à travailler plus rapidement après une interruption. Bien sur cette méthode de concentration ne fonctionne pas pour tous, encore faut-il avoir la possibilité de travailler en musique à son bureau. En plus, si vous suivez les préconisations de focus@will à la lettre, il faut écouter la musique un casque à réduction de bruit dont nous parlions dans notre article sur les outils de créativité. Pas très discret !

Digipill

5 astuces pour améliorer sa concentration et créativité en musique

    1. Sélectionnez un style de musique que vous n’écoutez pas habituellement. Ce qui vouspermettra de garder cette musique en bruit de fond et vous évitera d’être distrait.

    2. N’hésitez pas à passer les morceaux gênants ou distrayants.  

    3. Utilisez des écouteurs de qualité. Pour le son mais aussi pour leur confort. Si possible choisissez un casque à réduction active de bruit.  

    4. Prenez une pause au moins toutes les 90 minutes, ou mieux, toutes les heures…  

    5. Créez votre Playlist “Work” comme vous avez peut être déjà une Playlist “Sport” ou une playlist “Bonga Bonga”.