Select Page

Développer sa créativité. Maintenant que les neurosciences commencent à déchiffrer les processus à l’oeuvre lors de la créativité, nous pouvons sélectionner les exercices qui développent la créativité en fonction des  réseaux neuronaux utilisés lors de la créativité : le réseau par défaut, le réseau de l’attention et le réseau salience ou SAR.

Utiliser son réseau de l’imagination

Pour faire suite à l’article sur les neurosciences et la créativité, commençons par le réseau par défaut. Parmi tous les exercices de créativité qui utilisent ce réseau, le plus connu est sans hésitation celui des Utilisations alternatives” ou “Alternative Uses Test.  Cet exercice, développé par J.P. Guilford en 1967 pousse à utiliser sa créativité pour imaginer pendant 2 minutes le maximum d’utilisations possibles pour un objet commun comme une chaise, un stylo, une cuillère, un trombone. C’est d’ailleurs le trombone que George Land a choisi quand il a utilisé ce test en 1968 pour mesurer la créativité de 1600 enfants et démonter que la non-créativité était apprise en grandissant.

Ce test mesure la capacité de pensée divergente selon quatre catégories :  

  • Aisance – A-t’il été facile de trouver des idées d’utilisation et combien ?
  • Originalité – Les idées sont elles bizarres ou logiques ?
  • Flexibilité – Combien de domaines couvrent les réponses proposées ? Ex : un trombone dans une casserole qui empêche le lait de déborder (cuisine), pour changer la carte sim de son téléphone (technique), pour se curer les dents (santé, problème dentaire) = 3 domaines
  • Elaboration – Quel est le niveau de détail des utilisations trouvées ?

Ce test a aussi pour mérite de lutter contre la “Rigidité fonctionnelle“. Cette rigidité concerne ceux qui ne voient qu’un usage à un objet ou qu’une solution à un problème. Ils ne visseront pas cette vis qui dépasse tant qu’ils n’auront pas trouvé le bon tournevis…Pourtant une clé ou le bout de la lame d’un couteau pourraient faire l’affaire. Message perso à mon père.

test trombone

Utiliser le réseau de l’attention

Dans notre culture de l’interruption permanente, la recherche de l’attention est devenue une quête que nous partageons tous. Imaginez que vous puissiez vous concentrer sur la tâche en cours simplement en le souhaitant et que vous soyez capable de la mener à son terme sans jamais lever le nez… Faites une simple recherche sur Google avec la question “Comment se concentrer” pour vous convaincre, c’est l’un des sujets du siècles !

Avant de mettre en place des techniques de “Get Things Done” ou un minuteur Podomoro, le moyen le plus communément utilisé pour développer son réseau de l’attention est…la Méditation. Ne souriez pas, cette pratique est un véritable raz de marée en ce moment dans la Silicon Valley depuis que Google, avec son programme “Search Inside Yourself” l’a adopté en interne. 

Quelle que soit la méthode de méditation que vous utilisez, de Christophe André à Andy Puddicombe (voir sa vidéo ci-dessous) en passant par Deepak Chopra, il s’agit s’alterner entre ses sensations corporelles (son poids sur sa chaise, les mouvements de sa respiration) et des sensations issues de l’environnement (notamment sonores). L’objectif de la méditation n’est pas d’arrêter ses pensées mais de prendre du recul pour en espacer leur intrusion en les laissant passer dans votre esprit.

Avant de chercher à vous mettre en position de Lotus et fermer les yeux, vous pouvez aussi vous rappeler que la créativité n’aime pas la liberté et lire notre article sur la définition de la créativité et de l’imagination.  Dans ce cas, ouvrez un livre ou un magazine et prenez un mot, un concept ou une idée au hasard pour l’incorporer à votre travail. Vous serez surpris de voir que cela marche et vous aurez expérimenté  l’un des exercices que nous utilisons en formation pour apprendre à nos stagiaire à “Passer le mur de la créativité“.

Utiliser le réseau SAR :

La particularité de ce Réseau Réticulé Activateur ou SAR (Système d’Activation Réticulaire) se situe à deux niveaux :

Dans l’aide qu’il apporte à l’atteinte d’objectifs par visualisation. C’est le réseau de Salience qui explique que les techniques de visualisation et les méthodes répétitions…fonctionnent. Techniques qui jusqu’à peu étaient considérées comme du vaudou ou de l’arnaque ! Si vous souhaitez atteindre un certain objectif, vous devez porter votre attention sur celui-ci pour l’atteindre.

Dans le gain de temps en lecture. Vous avez sans doute déjà cherché une information dans un livre tout en sachant à l’avance que l’info que vous cherchiez était en haut à gauche et dans les pages de la fin du livre ou magazine que vous feuilletez. Si vous souhaitez utiliser l’attention sélective lors de votre lecture,une astuce, commencez par feuilleter le livre avant de le lire. 

Pour activer ce réseau vous pouvez aussi :

– Faire une liste de 10 mots clés qui concernent la recherche que vous avez à faire en ce moment. En les écrivant, votre esprit les percevra inconsciemment et portera naturellement son attention sur ces mots, nourrissant ainsi votre créativité. N’oubliez pas que la créativité est un va et vient incessant entre les informations collectées à l’extérieur et votre modes de fonctionnement intérieurs.

Il existe aussi plusieurs exercices qui font fonctionner les trois réseaux en même temps. Le plus connu et le plus simple est bien sur de vous lever de votre chaise et d’aller vous promener ou faire de l’exercice. Tout simplement. D’abord pour respirer, mais plus simplement pour changer d’environnement.
Si tout cela ne fonctionne pas… il vous restera la possibilité de vous saouler ou sinon de partir à l’étranger. Il parait que cela rend plus créatif !